Un film pour changer de regard sur l’activité professionnelle des gens du voyage

Dans le cadre de la projection du documentaire « ça ferraille dur ! », organisée par le centre social Cher Tsiganes de l’APLEAT-ACEP, 50 personnes se sont réunies au Muséum d’Histoire Naturelle de Bourges le jeudi 21 novembre 2019.

Parmi les participants, la Caisse d’Allocations Familiales et le Conseil Départemental du Cher, des membres de Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS) et de structures œuvrant dans le social dans le département du Cher, mais également des habitants et des voyageurs à Bourges.

Le documentaire suit la vie quotidienne des familles tsiganes domiciliées à Angoulême. Tout au long de leurs témoignages, nous découvrons leurs vies de travailleurs et leur culture.

Un mode de vie parfois difficile et incompris quand il s’agit de faire reconnaitre leur travail. “On est tatoué, on est marqué. Il y a des gens qui préfèrent payer plus cher pour ne pas nous faire travailler » nous indique Félix Patrac. Ce voyageur de 65 ans travaille depuis l’âge de 13 ans.

Les idées reçues ont la vie dure. Faire évoluer les regards, c’est le but recherché par la diffusion de ce documentaire. « Partout, il y a des gens bien, moins bien et mauvais. (…) A la télé, on voit beaucoup de voleurs mais pas beaucoup de voyageurs qui s’échinent au travail. » annonce Sonia Patrac, présidente du Centre Social Les Alliers à Angoulême venue témoigner avec sa famille. C’est d’ailleurs le but recherché par ce documentaire, faire reconnaitre le travail des voyageurs.

>> Téléchargez le communiqué de presse au format PDF (552 Ko)

Revue de presse

Pour aller plus loin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq + 10 =